Côtes de Bordeaux en blanc

CarteLe Côtes-de-bordeaux est une AOC produite sur plusieurs parties du vignoble de Bordeaux. Cette appellation, créée en 2009, compte en son sein quatre dénominations géographiques éloignées les unes des autres :• Blaye-Côtes-de-Bordeaux (dans le vignoble du Blayais et du Bourgeais, ancienne appellation premières-Côtes-de-Blaye) ;
• Cadillac-Côtes-de-Bordeaux (dans le vignoble de l’Entre-deux-Mers, ancienne appellation Premières-Côtes-de-Bordeaux rouges) ; l’AOC Cadillac reste pour les blancs liquoreux et les blancs secs sont libellés en Bordeaux.
• Castillon-Côtes-de-Bordeaux (dans le vignoble du Libournais, ancienne appellation Côtes-de-Castillon) ;
• Francs-Côtes-de-Bordeaux (dans le vignoble du Libournais, ancienne appellation Bordeaux-Côtes-de-Francs)
Les surfaces cultivées en 2009 sont :
• Blaye-Côtes-de-Bordeaux : 6 490 hectares ;
• Cadillac-Côtes-de-Bordeaux : 2 975 ha ;
• Castillon-Côtes-de-Bordeaux : 2 500 ha ;
• Francs-Côtes-de-Bordeaux : 535 ha.
Avec une densité de 4500 à 9500 pieds à l’hectare qui ont produit 635550 hl en 2009.
Les vins blancs sont issus des cépages suivants :
cépages principaux : sauvignon B, sauvignon gris G, sémillon B et muscadelle B ;
cépages accessoires : colombard B et ugni blanc B.
Rendements :
• 60 à 72 hl/ha pour les blancs (Blaye-Côtes-de-Bordeaux blancs et Francs-Côtes-de-Bordeaux blancs) ;
• 53 à 65 hl/ha pour les Côtes-de-Bordeaux rouges ;
• 50 à 65 hl/ha pour les dénominations rouges (Blaye-Côtes-de-Bordeaux, Cadillac-Côtes-de-Bordeaux, Castillon-Côtes-de-Bordeaux et Francs-Côtes-de-Bordeaux rouges) ;
• 37 à 40 hl/ha pour les liquoreux (Francs-Côtes-de-Bordeaux liquoreux).

AOC Blaye Côtes de Bordeaux :
Ce sont les Grecs, puis les Romains, installés dans cette région propice, qui furent les premiers à mesurer tout l’intérêt de se lancer dans la viticulture et de s’ouvrir au commerce du vin. Ainsi la vigne fut plantée dans la région de Blaye bien avant qu’elle ne le soit dans le Médoc, pourtant si proche. La renommée des crus gagna rapidement Rome : les domaines viticoles se développèrent rapidement le long de la côte de l’estuaire, profitant d’un transport maritime dynamique et florissant.
Au Moyen-âge les vignes héritées des Romains n’avaient pas disparu, et le vin gardait toute sa notoriété, même si le vignoble s’était réduit pour se cantonner aux abords des ports d’embarquement.
Sous Louis XIV, la position stratégique de Blaye s’affirma avec la construction de la Citadelle par Vauban. Il estima qu’elle fut la plus grande réussite de sa carrière. Sa vocation militaire au cours de 5 siècles suivants perturba considérablement l’activité commerciale de la région.
Le calme revenu, le XVIIIème siècle fut le témoin du retour à une vie paisible. De nouvelles expériences d’encépagement, des méthodes de culture optimisées et des procédés de vinification innovants pour l’époque, apportèrent au marché du vin un sang neuf assorti d’une nouvelle prospérité.
Hélas, Blaye n’échappa pas aux terribles fléaux qui ravagèrent le vignoble français dans la seconde moitié du XIXème siècle. Ainsi, la production de vins en Blayais chuta en 1853 à 10% de la récolte normale.
Il fallut tout le courage, tout l’espoir et toute la passion des hommes du terroir pour redonner petit à petit au vignoble ses lettres de noblesse. Ce n’est qu’à partir de 1860 que les progrès commencèrent à donner des résultats qualitatifs plus marquants, rouvrant les portes du commerce avec Paris, puis la Hollande, l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne…
En 1905 la création des Appellations d’Origines (délimitation administrative ayant comme origine les usages locaux) ouvrit la voie d’un siècle de progrès techniques et législatifs. Avec tout d’abord la création de l’AO « Bordeaux » en 1908, puis en 1935 l’établissement des fameuses AOC qui, des lors, réglementent les aires de production, l’encépagement, le rendement autorisé à l’hectare et le degré alcoolique minimum naturel du raisin. C’est en 1938 que sont créés les AOC Premières Côtes de Blaye Rouge, Premières Côtes de Blaye Blanc et Blaye Rouge.
Durant la deuxième moitié du XXème siècle c’est l’avènement de « l’œnologie moderne » chèrement défendue par le grand Œnologue Bordelais Emile Peynaud. Puis dans les années 80-90 c’est au tour de la viticulture de faire sa révolution de la qualité à laquelle les jeunes vignerons de Blaye ont largement contribué en se regroupant en 1987 sous l’égide de la Maison du Vin de Blaye. En 2008, dans le cadre du regroupement des Côtes de Bordeaux, dans un souci de lisibilité et de visibilité, les Premières Côtes de Blaye deviennent Blaye Côtes de Bordeaux (de même que les « Côtes de Castillon » deviennent « Castillon Côtes de Bordeaux », les « Bordeaux Côtes de Francs » deviennent « Francs Côtes de Bordeaux » et les « Premières Côtes de Bordeaux » deviennent « Cadillac Côtes de Bordeaux »).
Les vins de l’appellation Blaye Côtes de Bordeaux Blanc sont en majorité issus du cépage Sauvignon Blanc, marqué par les arômes d’agrumes et une intense finesse.
Cépage majoritaire dans l’élaboration des vins blancs, le Sauvignon Blanc présente de multiples facettes : particulièrement savoureux, il est à la fois rond et vif. Il donne des vins dont le bouquet est très expressif.
Une pointe de Sémillon, cépage qui se marie à merveille au Sauvignon Blanc, donne aux vins un nez discrètement fruité et favorise le vieillissement.
Enfin, la Muscadelle, riche en arômes floraux évoque le muscat. Assemblée aux Sémillon et Sauvignon Blanc, elle apporte une rondeur qui équilibre les vins les plus vifs.

Château Haut Bertinerie, 2013, 12,90€ AOC Blaye-Côtes de Bordeaux:
Ce domaine de 33 ha situé à Cubzenais, à 35 km au nord de Bordeaux et dans l’appellation « Blaye-Côtes-de-Bordeaux », est aujourd’hui dirigé par Frantz et Eric Bantignies. Le domaine, vieille propriété familiale, a pris un tournant dans les années 80 lorsque Daniel Bantignies, le père d’Eric et Frantz, s’engagea résolument dans la voie des vins de qualité. Audacieux et innovant, il a largement contribué à révéler le potentiel de l’appellation dont il est l’un des leaders.
Les vignes, sur sols argilo-calcaires et argilo-siliceux, sont plantées en merlot (60%) et cabernet sauvignon (40%) pour le rouge, soit 2/3 de la surface, et en sauvignon (100%) pour le blanc et le tiers restant. L’âge moyen des vignes est de 35 à 40 ans. Le domaine suit les méthodes de l’agriculture raisonnée. D’importants investissements ont été faits dans les chais pour la vinification (ensemble de cuves inox thermo-régulées automatiques) et l’élevage (chai inauguré en 2003).
La plus grande propriété de France cultivée en Lyre. Cette technique mise au point par Lyrel’Institut National de la Recherche Agronomique permet d’améliorer très nettement la qualité des vins. L’ouverture du rang selon la forme d’un I grec (Y), facilite la pénétration des rayons du soleil sur toutes les grappes, d’où une meilleure concentration en sucres et en poly phénols. Poly phénols et anthocyanes sont les deux éléments de la couleur des vins rouges et de leur conservation. Les poly phénols sont de puissants antioxydants naturels dont le rôle bénéfique est reconnu contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Les raisins se trouvent à 1 mètre du sol, ils sont moins sensibles aux maladies (mildiou, oïdium et pourriture grise). Le vigneron travaille debout et ne craint plus les lombalgies et autres sciatiques. Le sol étant enherbé, il n’y a plus d’érosion et le sol reste propre. Par la concurrence qu’elle exerce vis à vis de la vigne, l’herbe limite les rendements excessifs et favorise l’installation d’une microfaune, facteur de biodiversité.
La famille BANTEGNIES pratique depuis 30 ans la « lutte raisonnée » produisant des vins sans traces résiduelles. Les produits de traitement sont auto biodégradables.
Elevé en barriques neuves sur lie ; Attaque souple, présence légère du boisé, sans acidité, une belle longueur.
Château des Tourtes 2014 9,90€ AOC Blaye – Côtes de Bordeaux
Créée en 1967 par Philippe et Lise Raguenot la propriété est désormais dirigée par leurs deux filles Marie-Pierre et Emmanuelle avec pour maîtres mots « excellence, rigueur et disponibilité ». Le Château des Tourtes est implanté au cœur de l’appellation Blaye, à Saint Caprais de Blaye et s’étend sur 63 hectares de terroir silico-argileux, produisant des rouges et des blancs. Le vignoble en blanc s’étend sur 5 ha, sur un sol silico-argileux et sous-sol graveleux, avec des vignes âgées de 20ans et plus.
Ce 2014 issu à 100% de Sauvignon ; macération pelliculaire de 12 heures, Fermentation en barrique de chêne, Elevage sur lie en fûts avec bâtonnage pendant 9 mois. Robe jaune doré ; nez puissant de fleurs et fruits exotiques, vanille, brioché, très agréable.

Château du Juge Bordeaux blanc -2014 6,95€ AOC Cadillac-Côtes de Bordeaux
Ce sont les romains qui, les premiers, plantèrent la vigne sur les coteaux de la rive droite de la Garonne. Cette culture se développa au fil des siècles, accrue par l’engouement de nos voisins étrangers pour les vins de la région. Les exportations se font de plus en plus lointaines à partir du XVIIIème siècle, avec des destinations vers les Antilles et les Amériques. C’est à cette époque que les Premières Côtes de Bordeaux deviennent la région préférée des bourgeois bordelais qui s’y installent dans de belles demeures appelées «folies».
Située sur les coteaux qui dominent la rive droite de la Garonne, l’appellation Cadillac Côtes de Bordeaux, anciennement Premières Côtes de Bordeaux peut s’enorgueillir d’un passé viticole millénaire qui s’est constitué grâce au tempérament explorateur des Hommes de la région. En effet, ce sont la conquête de la Gaulle par Jules César, puis l’occupation romaine qui a été à l’origine de l’implantation de la vigne dans la région de Cadillac, dont le terroir et le climat se prêtaient déjà fort bien à l’élaboration du vin. Quelques siècles plus tard, la région bordelaise va connaître le premier événement qui sera à l’origine de la renommée des ses vins. En 1153, le mariage d’Aliénor, duchesse d’Aquitaine, et d’Henri Plantagenêt, roi d’Angleterre, fait de cette province une enclave anglaise. Les Anglais, très amateurs des vins produits sur les coteaux, facilitent l’exportation par voie fluviale et maritime d’une grande partie de la production, ce qui contribue à l’enrichissement des bourgs viticoles.
Le second événement a lieu au XVIIIème siècle. C’est à cette époque que le chevalier de Lamothe-Cadillac, grand amateur de vin, sera envoyé en Louisiane comme gouverneur en apportant avec lui son nectar préféré que sont les Cadillac Côtes de Bordeaux. Il donnera son nom cent cinquante ans plus tard à la célèbre firme d’automobiles de luxe, emmenant avec lui les vins Cadillac Côtes de Bordeaux dans la légende du luxe et de l’art de vivre.
De la commune de Bassens, aux portes de Bordeaux, terroirjusqu’à Saint Maixant, la Région des Cadillac Côtes de Bordeaux couvre 39 communes situées sur la falaise calcaire qui longe la Garonne sur 60 km de long et 5 km de large. Le vignoble bénéficie ainsi de remarquables facteurs naturels : ensoleillement généreux et sols de qualité.
Serpentant au gré du fleuve, la langue de terre dont la largeur n’excède jamais 5 km, présente un relief varié de collines entrecoupées de vallées. Le vignoble s’offre aux rayons du soleil grâce à son exposition Sud-est. Ses terrains pentus et caillouteux, naturellement drainés offrent à la vigne des sols de choix : graves caillouteuses, terres argilo-calcaires ou argilo graveleuses au sommet des coteaux. Un vignoble d’exception aux paysages d’exception aux portes de Bordeaux…
Le nom du château doit vraisemblablement son origine à l’expression latine « jugeare » ou «jugere » qui désigne à la fois une unité de surface de labour et une unité fiscale basée sur le revenu de la terre. En effet, la région recèle de nombreuses traces d’occupation romaine. Le château voit le jour à la fin du 19ème grâce à Camille Mathellot, cofondateur de l’Ecole de Viticulture de Cadillac. Le château du Juge est une exploitation familiale, située sur la rive droite de la vallée de la Garonne, à Cadillac. C’est un terroir de 30 ha judicieusement implanté sur un sol en pente douce fait de sables grossiers, de graves argileuses et d’argile. Le vignoble est composé de cépages rouges (Merlot et Cabernet Sauvignon) et blancs (Sémillon et Sauvignon). Les «Château du Juge» qui représentent les 2/3 de la production et les «Cru Quinette» qui sont nos grandes cuvées. Ces deux gammes sont en Appellation d’origine contrôlée, des AOC Cadillac, des Cadillac- Côtes de Bordeaux rouge et des Bordeaux blanc sec. La production moyenne est de 30 000 bouteilles, suivant les années.
Bordeaux blanc : Le Sémillon d’âge canonique donne la distinction et le Sauvignon dans la vigueur de sa jeunesse apporte le fruit, deux caractéristiques indispensables à un vin blanc sec de qualité.
« La couleur jaune clair est peu intense et la finition brillante. Le nez caractéristique de ce vin est très réussi cette année. L’expression d’intensité moyenne au premier nez, se développe fortement à l’agitation sur une belle harmonie (agrumes mûrs / ananas) et fleurs des champs, agrémentées de notes minérales, évoluant vers un équilibre prune jaune et poire. L’attaque souple développe ensuite une évolution aromatique très plaisante, sur des sensations fraîches mais pas acides. La finale est conforme à l’harmonie générale. »

Château Les Charmes Godard 2012 14,00€ – AOC Francs-Côtes de Bordeaux
Les Côtes de Francs : « La plus petite des appellations de Bordeaux – 535 hectares – ressemble à un petit état indépendant et occupe les coteaux les plus élevés de la Gironde, à mi-chemin entre les vallées de l’Isle et de la Dordogne, à l’est de Saint Emilion. Ici, la polyculture imprime partout une respiration très vivante : prés, cultures céréalières alternent avec la vigne. Née en 1967, l’appellation appartient bien à la famille bordelaise. Ses vins ont cette netteté des Bordeaux de bonne race.
Humble perle du vignoble bordelais, les Côtes de Francs n’en constituent pas moins l’une de ses pierres les plus précieuses. »
La Famille Thienpont : Un nom et une famille ont contribué à la percée de l’appellation : la « tribu Thienpont ». Cette famille de négociants originaires de Oudenaarde (Flandres) possède aussi le Vieux Château Certan, l’un des crus les plus renommés de Pomerol. En 1988, Nicolas Thienpont et ses frères achètent une propriété viticole de 6,5 hectares, « Les Charmes Godard », qui produit tout à la fois un vin rouge, un blanc sec très apprécié et à partir de 2005, une cuvée de moelleux nommée « Aurea ».
Le travail à la vigne vise la maîtrise des rendements, avec ébourgeonnage, effeuillage, éclaircissages et vendanges en vert. Ce blanc sec renoue avec la tradition des blancs de qualité que produisait l’appellation Bordeaux-Côtes-de-Francs au début du 20ème siècle, avant un assoupissement séculaire.
Nicolas Thienpont, propriétaire du Château Charmes-Godard, invite 3 cépages dans cette cuvée : sémillon, sauvignon et muscadelle, avec une large majorité du premier. Les ceps occupent des sols en majorité argilo-calcaire avec parfois des sols limoneux.
La vendange est manuelle et intervient quand les maturités sont bien avancées. Il s’ensuit un tri minutieux, une vinification par grappes entières et en cuves thermo-régulées puis un élevage comprenant un quart de bois neuf.
Ainsi voit le jour un vin structuré et fruité, moelleux et riche, aromatique et charmant. Il est à boire dans les 5 ou 6 ans.

Château La Freynelle Bordeaux blanc, 2015  6,00€ AOC Castillon-Côtes de Bordeaux
L’histoire débute en 1789, quand Jean Barthe établit son vignoble à Naujean et Postiac, terre vallonée de l’Entre-Deux-Mers dans le Bordelais.
Pendant sept générations, les vignes se transmettent de père en fils : de Jean à Pierre, de Pierre à Marcel, …
En 1992, Véronique Barthe, première fille de la famille depuis la révolution, hérite du domaine familial. Elle y engage toute sa passion et son énergie afin de lui donner un nouvel essor, teinté d’exigence et de sa touche féminine toute personnelle.
Cépages : Sauvignon, Sémillon et la Muscadelle.
Terroir : Croupes argilo calcaire.
Vinification : Vinification traditionnelle et soignée. Le matériel moderne du chai garantit un respect optimal du raisin et du vin : pressoir pneumatique, conquêt inox avec grille d’égouttage, filtre presse, …
Aromatique : Une vinification qui donnent à ce vin toute sa fraîcheur, son fruit, et son équilibre avec pour ce millésime 2015, un léger perlé et des arômes de banane typique d’un vin très jeune.
Alliance mets vins : Ce vin accompagne des fruits de mers, des poissons ainsi que certains fromages.